Pianistologie Symphonique

Nul doute que Bach et Rachmaninov se retourneraient (de rire) dans leurs tombes s’ils tombaient sur les partitions de Pianistologie. Entendre un concertiste surdiplômé enchaîner les nocturnes avec Mike Brant puis les arias avec Mac Gyver, voilà qui relève d’un grand écart pour le moins saugrenu, n’est ce pas ? Depuis 2011, Pianistologie est devenu grand : 150 représentations, deux festivals d’Avignon et surtout le théâtre Sébastopol de Lille où Simon Fache réarrange en mai 2015 son spectacle pour un orchestre symphonique entier. Rassurez-vous : nul besoin de savoir lire le solfège ou de connaître les grands noms du classique pour apprécier Pianistologie. Si l’habit ne fait pas le moine, on sait désormais grâce à Simon Fache que l’on peut allégrement déconner en queue de pie.

Publicités